D

Dimanche 16 août. « Maison de prière pour tous les peuples »

Accueil

Bonjour à toutes et tous, en particulier à vous qui venez peut-être pour la première fois dans cette église Saint-Merry pour une célébration du dimanche. Soyez les bienvenus et n’hésitez-pas à échanger quelques mots avec des voisins qui vous semblent familiers du lieu, à la fin de la célébration, en respectant la distance physique requise.

Au lendemain de la fête de l’Assomption de Marie, les textes de ce 20ème dimanche du temps ordinaire expriment tous à leur manière l’amour sans limite de celui que nous appelons Dieu. C’est pourquoi nous avons choisi, lors de la préparation, de les entendre tous ce matin et de prendre le temps de les méditer.

Cet amour dit la solidarité du genre humain. Il rejoint chaque homme et chaque femme dans sa culture et son intériorité personnelle. Il est offert à tous pour que tous soient rassasiés à la table du partage. Une règle s’impose : observer le droit et pratiquer la justice, comme le rappelle le prophète Isaïe.

Entrons dans cette célébration en reprenant les paroles du psalmiste, nous qui sommes réunis ce matin au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit.

LECTURES DE LA MESSE

Lecture du prophète Isaïe

« Les étrangers, je les conduirai à ma montagne sainte » (Is 56, 1.6-7)

Ainsi parle le Seigneur :
Observez le droit, pratiquez la justice,
car mon salut approche, il vient,
et ma justice va se révéler.
Les étrangers qui se sont attachés au Seigneur
pour l’honorer, pour aimer son nom,
pour devenir ses serviteurs,
tous ceux qui observent le sabbat sans le profaner
et tiennent ferme à mon alliance,
je les conduirai à ma montagne sainte,
je les comblerai de joie dans ma maison de prière,
leurs holocaustes et leurs sacrifices
seront agréés sur mon autel,
car ma maison s’appellera
« Maison de prière pour tous les peuples. »

PSAUME 66 (67),  2-3, 5, 7-8

Que les peuples, Dieu, te rendent grâce ;
qu’ils te rendent grâce tous ensemble !

Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse,
que ton visage s’illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

Que les nations chantent leur joie,
car tu gouvernes le monde avec justice ;
tu gouvernes les peuples avec droiture,
sur la terre, tu conduis les nations.

La terre a donné son fruit ;
Dieu, notre Dieu, nous bénit.
Que Dieu nous bénisse,
et que la terre tout entière l’adore !

Introduction de la lettre de Paul aux Romains

Dans sa lettre aux chrétiens de Rome, l’apôtre Paul exprime un déchirement.
Juif, comme l’était Jésus, il assume pleinement la mission qu’il a reçue d’annoncer aux nations, c’est-à-dire aux non-juifs, l’amour du Père pour tous manifesté en Jésus.
Et il essaie de donner sens à des situations d’élection successives, qui n’annulent pas la première Alliance : “les dons gratuits de Dieu et son appel sont sans repentance“.
Une phrase heurtera peut-être nos oreilles : “Dieu les a tous enfermés dans le refus de croire“. Mais Paul ne souligne-t-il pas ainsi à quel point la réponse de chacun à l’homme Jésus, à l’événement Jésus, est personnelle ?

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

« À l’égard d’Israël, les dons gratuits de Dieu et son appel sont sans repentance » (Rm 11, 13-15.29-32)

Frères,
je vous le dis à vous, qui venez des nations païennes :
dans la mesure où je suis moi-même apôtre des nations,
j’honore mon ministère,
mais dans l’espoir de rendre jaloux mes frères selon la chair,
et d’en sauver quelques-uns.
Si en effet le monde a été réconcilié avec Dieu
quand ils ont été mis à l’écart,
qu’arrivera-t-il quand ils seront réintégrés ?
Ce sera la vie pour ceux qui étaient morts !
Les dons gratuits de Dieu et son appel sont sans repentance.
Jadis, en effet, vous avez refusé de croire en Dieu,
et maintenant, par suite de leur refus de croire,
vous avez obtenu miséricorde ;
de même, maintenant, ce sont eux qui ont refusé de croire,
par suite de la miséricorde que vous avez obtenue,
mais c’est pour qu’ils obtiennent miséricorde, eux aussi.
Dieu, en effet, a enfermé tous les hommes dans le refus de croire
pour faire à tous miséricorde.

ÉVANGILE de Jésus Christ selon saint Matthieu

« Femme, grande est ta foi ! » (Mt 15, 21-28)

En ce temps-là,
    partant de Génésareth,
Jésus se retira dans la région de Tyr et de Sidon.
    Voici qu’une Cananéenne, venue de ces territoires, disait en criant :
« Prends pitié de moi, Seigneur, fils de David !
Ma fille est tourmentée par un démon. »
    Mais il ne lui répondit pas un mot.
Les disciples s’approchèrent pour lui demander :
« Renvoie-la,
car elle nous poursuit de ses cris ! »
    Jésus répondit :
« Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël. »
    Mais elle vint se prosterner devant lui en disant :
« Seigneur, viens à mon secours ! »
    Il répondit :
« Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants
et de le jeter aux petits chiens. »
Elle reprit :
« Oui, Seigneur ;
mais justement, les petits chiens mangent les miettes
qui tombent de la table de leurs maîtres. »
    Jésus répondit :
« Femme, grande est ta foi,
que tout se passe pour toi comme tu le veux ! »
Et, à l’heure même, sa fille fut guérie.

Mattia Preti, Jésus et la Cananéenne, vers 1656, Staatgalerie, Stuttgart

Méditation proposée

Dans l’Évangile,  Jésus  nous montre que ce n’est pas appartenir à l’élite, au peuple élu,
ou être dans la règle qui est nécessaire pour être dans l’amour du Père, mais avoir la foi.
Notre Eglise est-elle une maison de prière accueillante à toutes et tous
 

Chant : Pour un seul et même Dieu

écouter le chant (Sophie et Jean-Yves Gall, MEJ)

Pour un seul et même Dieu
Nous devenons chemin
Et portons la lumière.
Pour un seul et même Dieu
Nous devenons chemin
Et partageons le pain.


Ton peuple a pris la route,
au désert, ils t’on tant cherché ;
La route de Dieu au cœur de l’homme,
La route de l’homme au cœur de Dieu.
Ton peuple a pris la route.

Ton peuple a pris lumière,
sa nuit ne sera plus sans fin ;
Lumière de Dieu au cœur de l’homme,
Lumière de l’homme au cœur de Dieu
Ton peuple a pris lumière.

Prière universelle : Ô Seigneur en ce jour, écoute nos prières

1/ “Aie pitié d’eux Seigneur” 

Ces gens opprimés parce qu’ils ne sont pas dans la règle dominante du moment, que ce soit au Moyen Orient en Afrique ou ailleurs, “Seigneur, viens à leur secours”.
Merci, Seigneur, pour les femmes et les hommes qui, au péril de leur vie, se battent pour faire respecter le droit et la justice, en particulier en Biélorussie, à Hong Kong, dans les territoires palestiniens et dans tant de pays d’Afrique. Soutiens leur force et leur courage, nous t’en prions.

2/ “Aie pitié de nous Seigneur

Quand dans notre Église ou entre les Églises nous vivons nos différences comme des négations de soi et non comme des enrichissements, “Seigneur, viens à notre secours.”
Merci, Seigneur, pour les femmes et les hommes qui essaient d’insuffler dans ton Eglise le souffle de ta Parole qui accueille, libère et vivifie. Qu’ils reçoivent une écoute bienveillante et agissante, nous t’en prions.

Envoi

Dieu fait à tous miséricorde pour que nous soyons riches de nos différences et partagions la nourriture qui nous fait vivre.
Qu’il ouvre nos yeux et notre cœur pour reconnaître cet amour gratuit partout où il se manifeste.

CatégoriesNon classé

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.