F

Fêter ses 98 ans au temps du coronavirus

Le coronavirus nous met parfois face à de « légers » problèmes de conscience, par exemple aller ou non fêter l’anniversaire d’une maman âgée et isolée.

Voici les faits : ma mère a eu 98 ans samedi dernier, le 25 avril. Comme elle a 12 enfants, elle avait prévu d’inviter sa nombreuse descendance à une grande fête ce week-end dans un hôtel proche de son domicile. Les festivités ont bien entendu été remises aux calendes grecques. Confinée depuis six semaines dans sa grande maison de Brunoy avec la seule compagnie d’une femme admirable qui s’occupe d’elle en permanence, privée de visites, le seul lien avec ses enfants reste le téléphone. Je précise qu’elle est à peine valide depuis qu’elle s’est cassé le col du fémur en novembre dernier.

Quand on pense à la catastrophe qu’a représenté pour elle l’annulation de la réunion familiale qu’elle avait organisée, puis les contraintes du confinement pour une vieille dame habituée au passage quasi quotidien de ses enfants et de son kinésithérapeute, fallait-il aller jusqu’à la privation totale de visite le jour même de son anniversaire ? Le respect strict des consignes de confinement aurait exigé cela. 

Après une période d’hésitation, de tiraillement et de contact téléphonique avec un frère et une sœur qui habitent à proximité de chez elle, nous avons décidé ceci : nous sommes allés la voir tous les trois samedi après-midi pendant une heure ou deux, en gardant évidemment les distances. Pas de repas commun, un simple gâteau d’anniversaire confectionné sur place. Et pour agrémenter l’affaire, nous avons tenté une petite expérience Skype avec d’autres frères et sœurs éloignés géographiquement. Et vous, qu’auriez-vous fait à notre place ?

Bernard B.

Billet du dimanche 26 avril 2020

CatégoriesNon classé
  1. Barbin Jacqueline says:

    Nous serons surpris, après le déconfinement, et quand il y aura… prescription pour les sanctions de transgression du confinement et des déplacements d’une heure dans une limite d’un km de chez -soi !, de réunir les témoignages de cet ordre !
    Ego te absolvo, Bernard… Va en paix. Et longue vie à ta mère et qu’elle se souvienne longtemps de son anniversaire pour l’importance duquel trois de ses enfants, une fille et deux garçons, adultes, majeurs et vaccinés et tout et tout sur le chemin de la sagesse, quoi ! ont transgressé l’interdit, ont fait le mur ! au risque d’une amende de quelques euros plus peut-être, la circonstance aggravante d’avoir prémédité leur escapade et l’avoir mené à bien… en bande ! Vive les pieds nickelés de ce monde moderne et si dangereux ! Amitié. Jacqueline

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.