J

Jeudi 21 mai. “Vous serez mes témoins”


Lectures du jeudi de l’Ascension

Orgue : choral « Allein Gott in der Höh sei Ehr », Jean-Sébastien Bach BWV 664 

Par Stéphane Béchy, co-titulaire de l’orgue de Saint-Merry
écouter le morceau d’orgue

Célébration préparée avec le concours de Jean-François, Marc et Mireille

Accueil

Le récit de l’Ascension met en scène une séparation singulière : le Christ s’élève et disparaît dans les cieux, laissant ses disciples sur terre, après leur avoir donné ses instructions.  Sa mission terrestre s’achève, en même temps qu’est affirmée sa divinité. Mais il leur fait comprendre qu’une nouvelle étape commence. C’est à eux de prendre la suite désormais.
La disparition du Christ donne ainsi tout son sens à sa mission : faire en sorte que le Royaume – dit « des cieux » – ne reste pas dans les nuages, mais advienne et s’enracine parmi les hommes. Cela ne peut se faire que si le relais est pris pour poursuivre le travail commencé. Baptisés, nous nous inscrivons dans cette lignée : nous sommes invités à devenir témoins de cette promesse,
guidés par le Christ qui dit à ses disciples : « Vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins… jusqu’aux extrémités de la terre… ».

Marc

CHANT : Au cœur de ce monde (paroles : Didier Rimaud – musique : Jacques Berthier)

écouter le chant

Au cœur de ce monde, le souffle de l’Esprit fait retentir le cri de la Bonne nouvelle
Au cœur de ce monde, le souffle de l’Esprit met à l’œuvre aujourd’hui des énergies nouvelles

Voyez, les pauvres sont heureux : ils sont premiers dans le Royaume !
Voyez, les artisans de paix : ils démolissent leurs frontières !
Voyez, les hommes au cœur pur : ils trouvent Dieu en toute chose

Voyez, les affamés de Dieu : ils font régner toute justice !
Voyez, les amoureux de Dieu : ils sont amis de tous les hommes !
Voyez, ceux qui ont foi en Dieu : ils font que dansent les montagnes !

Voyez, le peuple est dans la joie : l’amour l’emporte sur la haine !
Voyez, les faibles sont choisis : les orgueilleux n’ont plus de trône !
Voyez, les doux qui sont vainqueurs : ils ont la force des colombes !

Ascension, Hans von Kulmbach (1480-1522)

Lecture des Actes des Apôtres 1, 1-11

« Tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva. »

PSAUME 46 : « Dieu s’élève parmi les ovations »

écouter le psaume

Tous les peuples, battez des mains,
acclamez Dieu par vos cris de joie !
Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable,
le grand roi sur toute la terre.

Dieu s’élève parmi les ovations,
le Seigneur, aux éclats du cor.
Sonnez pour notre Dieu, sonnez,
sonnez pour notre roi, sonnez !

Car Dieu est le roi de la terre :
que vos musiques l’annoncent !
Il règne, Dieu, sur les païens,
Dieu est assis sur son trône sacré.

Lecture de St Paul aux Ephésiens 1, 17-23

Que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ vous donne un esprit de sagesse,
qui vous le révèle et vous le fasse vraiment connaître.
Qu’il ouvre à sa lumière les yeux de votre cœur.”

Acclamation de l’Evangile

écouter l’Alléluia de Schütz

ÉVANGILE de Matthieu (28, 16-20)

Moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde.”

Étrange paradoxe de Jeudi de l’Ascension

Jour de l’absence. Jour d’élévation de Jésus. Alors que nous sommes absents du partage eucharistique de la célébration dominicale. Comme le dit l’écrivain Frédéric Boyer, Jésus « a passé sa vie publique à enseigner, à débattre ». Désormais, il donne rendez-vous à ses disciples… autrement. La brèche de sa disparition inaugure des temps nouveaux. Comme le vide de ces temps de confinement. Temps d’épreuve, de solitude, d’ébranlement. Mais aussi de « montée dans la chambre haute » de nos convictions intimes, de « renégociation avec nos rêves ». Et surtout de tête-à-tête avec le Christ. 
Quand les certitudes sont ébranlées, Dieu ne nous abandonne pas. Il veut que nous soyons en paix. Le trouble de notre présent n’est-il pas celui aussi de nos contemporains ? Leur doute n’est-il pas comparable à celui des apôtres de cet Évangile ? 
Une seule réponse possible : celle de l’engagement. « De toutes les nations, faites des disciples ! ». Sans doute, avons-nous appris ces derniers jours à « devenir disciples » autrement. Nous en connaissions les conditions. N’avoir qu’un seul Maître. Le suivre de façon résolue. Renoncer aux attachements stériles. Prendre soin les uns des autres. Mais les vivions-nous ?
Le Ressuscité a accompli sa promesse. Il nous soutient. La certitude de sa présence peut fonder notre action. Surtout Jésus partage sa mission : « Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie » (Jn 20,21). Énorme promesse d’un soutien inconditionnel ! Le livre des Actes des Apôtres ne relate pas moins de huit interventions de l’Esprit Saint. À nous d’être souples et ouverts à cet Esprit ! Pour former vraiment une communauté de disciples-missionnaires ! Pour changer notre relation aux autres. À nous-mêmes. Et, désormais,  après le confinement, à la vie même. Soyons de vrais témoins !

Jean-François Petit

Chant : Si le Père vous appelle (paroles : Didier Rimaud – musique : Jacques Berthier)

écouter le chant

Si le Père vous appelle à aimer comme il vous aime, dans le feu de son Esprit,
Bienheureux êtes-vous !
Si le monde vous appelle à lui rendre une espérance, à lui dire son salut,
Bienheureux êtes-vous !
Si l’Église vous appelle à peiner pour le Royaume, aux travaux de la moisson,
Bienheureux êtes-vous !

Tressaillez de joie ! Tressaillez de joie !
Car vos noms sont inscrits pour toujours dans les cieux !
Tressaillez de joie ! Tressaillez de joie !
Car vos noms sont inscrits dans le cœur de Dieu !

Si le Père vous appelle à quitter toute richesse pour ne suivre que son Fils,
Bienheureux êtes-vous !
Si le monde vous appelle à lutter contre la haine pour la quête de la paix,
Bienheureux êtes-vous !
Si l’Église vous appelle à tenir dans la prière, au service des pécheurs,
Bienheureux êtes-vous !

Si le Père vous appelle à montrer qu’il est tendresse, à donner le pain vivant,
Bienheureux êtes-vous !
Si le monde vous appelle au combat pour la justice, au refus d’être violents,
Bienheureux êtes-vous !
Si l’Église vous appelle à l’amour de tous les hommes, au respect du plus petit !
Bienheureux êtes-vous ! 

Prières

Pourquoi restez-vous là à regarder le ciel ? ” demande l’ange.

  • Toi le Christ, tu nous invites non pas à fixer le ciel mais à faire le ciel en nous.
  • Toi le Christ, à la contagion du virus, tu nous appelles à l’urgente contagion du geste solidaire.
  • Toi le Christ, tu nous demandes non pas de tout fixer sur les dirigeants mais à les bousculer afin que la santé physique et sociale soit assurée à tous.
  • Toi le Christ, tu nous invites non pas à rester fixés sur des rites figés et sclérosés mais à être des disciples libres et audacieux afin que le geste eucharistique devienne ciel en nous et autour de nous.
Vitrail de l’Ascension, cathédrale Saint-Julien du Mans
CatégoriesNon classé
  1. Dominique says:

    Quelques mots retenus de notre partage d’Evangile en vidéo de ce soir sur le texte d’Evangile de l’Ascension.
    “Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde” : “J’aime beaucoup cette phrase, ça donne envie de vivre dans la confiance”
    “Ils eurent des doutes …” : “Je regrette qu’on passe si vite dans ce texte sur ce passage parce que moi je suis dans ces doutes… c’est nous qui les avons ces doutes…”
    “Pensons aux disciples aussi qui sont dans la barque et qui sont dans le doute jusqu’au moment où ils entrent en relation avec Jésus qui est sur la plage. Après la relation, les doutes se dissipent”.
    “Le mot relation, il est tellement important dans la Bible. Et là, ici dans cet Evangile de l’Ascension, dans cette relation, Jésus s’approche, et il s’approche avec la parole… une relation qui se termine par un envoi pour d’autres relations”
    “C’est rassurant de voir que c’est Jésus qui vient vers nous…”
    “C’est rassurant de voir aussi que les disciples doutent, un appel même, à douter de nos convictions …”
    “Les doutes, c’est une peur pour moi”
    “Lorsqu’on a un doute, ça montre aussi qu’on a pris une distance … pour permettre la réflexion”
    “Les doutes on ne les raisonne pas mais comme chrétiens, on les assume…”
    “Une foi sans doutes est une croyance… Avec le doute, on a la Foi”
    “Qu’est-ce que je fais de cette Foi qui m’a été donnée ? … Je suis toujours entrain de me débattre avec mes questions …”
    “Je pense qu’on est invité aussi à croire en des choses simples … Il ne faut pas toujours se poser pleins de questions…”
    “Observer tout ce que je vous ai commandé” : “Mais, au final, son seul commandement c’est de nous aimer les uns les autres comme il nous a aimé !”
    “Vivre une foi simple … j’ai été marqué en ce sens par les moines de la Pierre qui vire, qui vivent simplement leur foi… Je pense à cette phrase aussi de Thérèse de Lisieux : Il suffit de ramasser une épingle avec amour pour sauver une âme”
    “Malgré mes doutes, Je suis avec vous tous les jours, une phrase qui me parle beaucoup”
    “Et la montagne, en Galilée ? Jésus nous attend non pas à Jérusalem, mais en Galilée, à l’extérieur, sur la montagne, un lieu de prédilection pour rencontrer Dieu. On n’est pas à Jérusalem dans l’entre soi, mais Jésus nous dit : Faites des disciples ! Comment nous vivons cet aspect missionnaire ?”
    “La montagne, c’est aussi un effort, et on ne voit pas grand chose, derrière la montagne, il peut y avoir le vide, et en montagne on ne sait pas toujours où on va …”
    “Mais si on ne va pas sur la montagne, on n’est sûr de ne rien trouver !”
    Prière : Seigneur, tes plus proches amis eurent des doutes, moi aussi j’ai des doutes, mais toi tu n’as pas de doutes, tu crois en moi”

  2. André says:

    J’apprécie beaucoup ce que dit Dominique sur le doute; c’est aussi une des phrases du texte qui m’a frappé; j’ajoute que la traduction de sœur Jeanne d’Arc m’intéresse : elle traduit le terme douter par hésiter; et puis de fait Jésus ne tient pas un argumentaire pour lever l’hésitation, mais simplement allez apprendre à tous les “gentils” les prescriptions que je vous ai données, car je suis avec vous tous les jours et jusqu’à la fin de l’ère. (je relis volontiers en parallèle les différentes traductions qui éclairent par leur complémentarité).
    La mission : “apprenez leur à garder tout ce que je vous ai prescrit’, que Jésus a résumé en un seul “aimer Dieu et les autres”, loin des rituels et doctrines, dont le rôle est d’accompagner,pour faciliter ce double “contrat”, entre chacun de nous et le Dieu Père, Fils et Esprit, que d’autres appellent alliance.
    Et qui doit s’atteler à la mission : tous les apôtres et les futurs disciples par le baptême qui les met sous le souffle du Dieu “trinitaire”.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.