S

Synode sur la famille. Où en sommes-nous ?

synodeUne interpellation de Jacques Mérienne « Et si notre atelier nous poussait à rencontrer et à écouter, en vérité, les homosexuels, les divorcés, les familles monoparentales, les parents se lançant dans le parcours éprouvant et aléatoire de la procréation médicalement assistée, les célibataires… Alors notre commission synodale aura rempli son rôle, susciter un dialogue qui fasse sortir chacun de l’anonymat sans l’enfermer dans un jugement…”.

Avancée du Synode sur la famille

Sur la famille, la parole est de nouveau à l’ensemble des baptisés.
Le cardinal André Vingt-Trois a demandé à toutes les paroisses de mettre en place une équipe synode, environ 30 sur 100 y travaillent Le questionnaire du synode souligne qu’on peut ou doit répondre sans se référer aux règles actuelles.

La Croix a publié un questionnaire simplifié pour répondre directement :

Et à Saint Merry ?
L’atelier Synode s’est donné un canevas de travail autour de témoignages, de textes, de thématiques. Espérant engager des échanges, il a envoyé une lettre à toutes les paroisses de Paris. Il a diffusé de riches textes de réflexion comme celui de la Mission de France, démarche évangélique partant de la vie des hommes et des femmes de ce temps,

Une trentaine de témoignages ont été recueillis dans la communauté, avec des échanges profonds, « oxygénants ». Une grande proportion de « grands-parents » ; des célibataires et des couples, des homos seuls ou en couple. Lignes de force des témoignages :

  • Persistance d’un grand attachement à la « famille » : (grands-parents, parents, frères et sœurs), lieu d’affection, de confiance et de soutien.
  • Nous n’avons pas transmis la foi à nos enfants qui sont rarement mariés à l’église, civilement, pacsés, en concubinage ou divorcés, quelques homosexuels des deux sexes en couple ou célibataires. Ils se disent non-croyants, agnostiques, catholiques-indifférents. Cette variété des situations est bien vécue par les familles et les amis.
  • La majorité des petits-enfants n’est pas baptisée.
  • Le scandale des divorcés remariés à qui l’eucharistie est refusée

Ils expriment aussi leurs attentes vis-à-vis du Synode :

  • L’Église devrait être pastorale, revenir à l’Évangile, ne pas condamner.
  • Elle devrait abandonner son juridisme de dogmes qui bloquent tout.
  • Elle doit se défaire de sa fixation obsessionnelle sur la sexualité.
  • Elle doit reconnaître les couples d’homosexuels, hommes et femmes confondus.
  • Élargir la responsabilité des laïcs et des femmes.
  • Changer son langage complètement désincarné et hors du temps. Tenir un discours de liberté

Tous ces témoignages soulignent de façon unanime l’importance de Saint-Merry dans le cheminement de chacun : lieu d’ouverture où la parole est libre, d’échanges et de grandes amitiés.

 Des enjeux pour l’Église
Hervé Legrand (dominicain) dans une conférence récente sur les réformes du pape François, affiche un optimisme modéré sur l’aboutissement à un fonctionnement collégial et synodal. Il ne met pas en doute la volonté du pape, mais il faut que nous l’y aidions. Le nombre des réponses au questionnaire Synode sera d’une grande importance. Le pape nous donne la parole, il faut la prendre. Il ne s’agit pas tellement des résultats immédiats du synode que de la suite. Il préconise, qu’en plus des réponses collectives des paroisses et des communautés, il y ait de nombreuses réponses individuelles.

 

Un temps d’échange
Mardi 19 mai 2015
à 20 h. nous  échangerons avec Ignace Berten, dominicain, théologien belge, auteur d’une contribution très remarquée avant le Synode sur la famille, intitulée : « Miséricorde et doctrine : Enjeux théologiques et ecclésiologiques du synode sur la famille ».

Pour consulter ce document

ARB

CatégoriesNon classé

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.