Art

Inauguration du porche jeudi 11 décembre

Restauré, notre porche est devenu monumental, beau, et même fascinant au dire de tous, tant la proximité des statues est impressionnante. Inauguration à partir de 17 h 00, apéritif à 19 h 00, rencontres avec les artisans à partir de 20 h 00.

Élodie Boutry et Pascal Pesez. « I love the way you drive your corner ».

Une œuvre unique de grande ampleur, hybride entre sculpture, peinture et installation à Saint-Merry. Quel titre et quelle œuvre étranges. Produite à quatre mains, comme on le dit d’une œuvre de piano avec croisement des sensibilités, cette œuvre est cependant d’une grande cohérence.
On aurait dû probablement la programmer au printemps, quand la lumière fait tout vibrer.

Désiré Amani à Saint-Merry. Les débordements d’un déraciné

Les quatre artistes de l’exposition Vohou-Vohou qui se tient à Saint-Merry du 14 au 28 septembre témoignent d’une vibration de sens spirituel qui croise à la fois les religions ancestrales et animistes de l’Afrique, ici la Côte d’Ivoire, et le christianisme. Cela semble évident avec les toiles de Kra N’Guessan et notamment son grand Christ qui transforme le monument aux morts de l’église en un monument au Vivant. Mais qu’en est-il des trois œuvres énigmatiques de Désiré Amani ?

Des tissus et des mots

Un patchwork en drapé… Des textes accrochés aux piliers…
Une histoire de notre communauté qui remonte au Jeudi-Saint de cette année. La vague de la fraternité.

Christian Marclay. The Clock

The Clock, vidéo présentée à Beaubourg jusqu’au 2 juillet, est une réflexion palpitante sur le temps qui nous enserre. Lorsque vous allez au cinéma, le film a un début et une fin, mais vous êtes hors du temps. Le temps réel n’a pas d’importance. Dans ce film d’une durée de 24 h, c’est l’inverse : ce chef d’œuvre est constitué de collages de scènes de cinéma où les acteurs regardent une montre, une horloge, un réveil. Or c’est l’heure du spectateur en train de regarder The Clock ! L’Ecclésiaste est ainsi revisité grâce à une prouesse technique. Forme et fond s’y confondent, imaginaire et réalité se superposent.

Prochaines expositions

Prochaines expositions

Accueillir et exposer des artistes dans une église ne relève pas de la même logique ou du même esprit que de les présenter dans une galerie. Ils sont ici accueillis dans une « maison » habitée par une communauté soucieuse d’un regard sur le monde et d’un engagement au service des hommes et femmes de notre temps.

Notre part d’ombre (I)

Notre part d’ombre (I)

Face au monde qui sombre l’Évangile dresse l’homme qui vit. L’inutile défense crispée des traditions, institutions et grammaires n’édifiera aucune digue. L’accueil des nouvelles générations et la confiance dans leurs capacité à inventer et à créer va libérer l’avenir.

Chemins de croix au féminin

Deux ensembles de peintures et dessins contemporains sont exposés sous ce titre dans la cathédrale de Bruxelles. Alors que le chemin de croix, expression de la dévotion à la souffrance du Christ, a été mis en images de manière extrêmement diverse selon les époques et les cultures, assisterait-on ici à une mise en écho des débats sur le genre ?

Le Cirque de la Résurrection

Rien de provocateur ni de sacrilège dans ce titre, mais la simple traduction de l’américain « Resurrection Circus », l’extraordinaire spectacle que pendant un quart de siècle, jusqu’en 1998, la troupe du…

Akiko Hoshina, liturgie d’argile

Akiko Hoshina, liturgie d’argile

Des ornements liturgiques, deux étoles dans un environnement de céramique, sont exposés dans la vitrine de la Galerie Saint-Séverin jusqu’au 19 avril. Cette installation, métamorphose du tissu en argile,  exprime…

Sous le charme de la musique française

Sous le charme de la musique française

Le dimanche 23 Février 2014 l’église Saint-Merry était pleine, une fois de plus pour un concert exigent : des mélodies françaises de Gabriel Fauré, Claude Debussy, Renaldo Hahn, et Léo Delibes. Un répertoire que l’on a peu l’occasion d’entendre, mais chanté merveilleusement par Helia Samadzadeh, soprano, en duo avec Eric Artz au piano. Un moment intense et plein de bonheur.

Questions d’interprétation. Que dit l’art ?

L’interprétation des Textes sacrés est traditionnellement le domaine réservé des clercs, exégètes et commentateurs de toute obédience. Les artistes plasticiens, eux, ne s’expriment ni par la voix ni par la musique. Comment rendent-ils visible leur interprétation de ces textes ?
En photo, Gérard Garouste, Le Centaure et le nid d’oiseaux