Coronavirus

ÇA VA BIENTÔT FINIR…

« Tout ce qui a commencé, il faut bien que ça finisse », écrit Jean Tardieu. « La maison sous l’orage, le bateau dans le naufrage, le voyageur chez les sauvages ».
Et ajoutons le confinement de l’âge.
La chronique de Jean Verrier

Où est-Il donc passé ?

Un Dieu « anti-pandémique », un Dieu « post-pandémique » ou un Dieu « dans la pandémie » ?
Ce qui est en jeu dans la crise actuelle n’est — ni plus ni moins — que notre image de Dieu : qui est le dieu sur lequel se fonde ma foi ?
La réflexion de Michael P. Moore, franciscain et théologien résidant en Argentine

Survivre, à Gaza

Christophe Denantes, médecin anesthésiste à l’hôpital Avicenne de Bobigny et membre de la communauté de Saint-Merry, effectue chaque année des missions d’entraide dans les hôpitaux de Gaza. Sur la base de cette expérience humanitaire, il est bien placé pour présenter le texte de Mohammed Azaiza sur la double peine que subissent les habitants de la bande de Gaza, entre blocus israélien et coronavirus.

Les églises vides : un signe et un défi

« En temps de catastrophes, je ne vois pas Dieu comme un metteur en scène de mauvaise humeur, assis confortablement dans les coulisses des événements de notre monde.
Quant aux églises vides, ne seraient-elles pas le signe de ce qui advient déjà dans de nombreux pays et qui risque de se généraliser si nous ne poursuivons pas le mouvement de réforme entrepris par le pape François ? »
L’analyse de Tomáš Halík, théologien et philosophe tchèque, qui a été conseiller du président Vaclav Havel.

RELIQUES… ET APRÈS

Sorties du placard dans lequel elles étaient bien gardées depuis longtemps, les reliques reviennent sur le devant de la scène à la faveur du climat anxiogène de ces jours-ci. Mais, à l’heure de l’épidémie, ne peut-on implorer l’aide de Dieu sans en passer par ces manifestations d’un autre temps ?
La chronique d’Alain Cabantous

DISCRÈTE ESPÉRANCE

À l’approche de Pâques, malgré une courbe des décès encore trop forte, la France est repartie dans une discrète espérance. Et reviennent en mémoire les mots de Charles Péguy : « Ce qui m’étonne, dit Dieu, c’est l’espérance. Et je n’en reviens pas. Cette petite espérance qui n’a l’air de rien du tout. Cette petite fille espérance. Immortelle » (« Le Porche du mystère de la 2e vertu »). La chronique de Jean-François Petit

LA TRAVERSEE DU PIRE

La crise que nous traversons, avec l’effondrement mais aussi les résistances qu’elle provoque, relance comme jamais la recherche de sens. Attendant désespérément notre fameux « pic de mortalité », nous ne savons pas très bien si nous allons basculer du côté de la mort ou de la guérison.

Les pleurs et le cri : « Que cessent toutes les guerres ! »

« Je pense à toutes ces personnes qui pleurent : des personnes isolées, des personnes en quarantaine, des personnes âgées seules, des personnes hospitalisées et des personnes en thérapie… ».
Lors de la messe de ce dimanche 29 mars, le pape François a adressé ses pensées à tous ceux qui pleurent à cause de la pandémie.
Et puis, à l’Angelus, a lancé un appel pour un cessez-feu global et immédiat.
Ici la vidéo de la messe et le texte de son homélie.

« Réveille-toi Seigneur ! ». Le cri du pape

« La tempête démasque notre vulnérabilité et révèle ces sécurités, fausses et superflues, avec lesquelles nous avons construit nos agendas et nos projets. Nous ne nous sommes pas réveillés face à des guerres et à des injustices planétaires, nous n’avons pas écouté le cri des pauvres et de notre planète gravement malade. Maintenant, alors que nous sommes dans une mer agitée, nous t’implorons : “Réveille-toi Seigneur !”».
La prière de François sur le parvis de la basilique Saint-Pierre le vendredi 27 mars 2020.

LE JOUR DU SEIGNEUR

« Un dimanche pas comme les autres. Pas d’autorisation de sortie pour Saint-Merry sur la feuille que je viens d’imprimer. Alors, à 10 heures, j’ouvre la télé pour suivre sur la 2 l’émission “Le jour du Seigneur ‘’ ».
La chronique de Jean Verrier

Illuminons l’Annonciation !

Ce mercredi 25 mars, à 19 h 30, les cloches de toutes les églises sonneront pendant dix minutes pour manifester notre fraternité et notre espoir commun.
Elles sonneront comme elles ont sonné aux grandes heures de notre histoire. En réponse à ce signe d’espoir, les évêques invitent tous ceux qui le voudront à allumer des bougies à leur fenêtre.

L’accueil en temps de confinement

L’accueil en temps de confinement

C’est une période inédite et nous sommes confrontés à des choix complexes, aussi, je choisis de partager un cas concret.  Nous avons quitté Paris, en voiture avec nos enfants, dimanche dernier suite…

Migrants et sans-abri. Une urgence humaine et sanitaire

Plus de 3500 personnes sont aujourd’hui à la rue, en demande d’asile ou non, en région Île-de-France, sans accès à l’hébergement ni à un accompagnement médico-social.
Face à la crise sanitaire, les institutions ont la responsabilité de protéger toutes ces personnes.
L’appel des associations.

Réjouis-toi !

De toutes parts les informations surgissent et nous submergent.
Le désastre sanitaire et économique semble se substituer à tout autre avenir.
Affirmer une joie possible au milieu de notre temps de carême, ce n’est pas faire « comme si ».
Car notre vie est dirigée vers cette résurrection, cet évènement définitif auquel nous sommes associés depuis notre baptême et dont nous vivons chaque jour.
Le commentaire de Alexandre Denis, curé de Saint-Merry, à l’évangile du dimanche.

IL Y A TROIS CENTS ANS…

Le covid19 nous renvoie implacablement aux grandes pandémies de l’histoire, telles que la grande peste dite de Marseille (1720). Mais établir un parallèle entre les épidémies du passé et ce que nous vivons aujourd’hui est à la fois aisé et contestable.
La chronique d’Alain Cabantous.